Retour à l'accueil   |   Interviews   |   Live Reports   |   Fest Reports   |   Bios   |   Retour à Nightfall   
Live Report
Arch Enemy - Paris
Le Bataclan, le 20/04/2008
Par : Powersylv




Muni d’un Rise Of The Tyrant plutôt réussi et fort du retour au bercail de Christofer Amott (co-fondateur du groupe avec son frère Mike), ARCH ENEMY revient voir ses fans français dans la fournaise du Bataclan. Une salle que les suédois connaissent bien vu qu’ils s’y sont déjà produits en 2006 pour la tournée Doomsday Machine. A l’époque, c’était Fredrik Akesson (actuel OPETH) qui avait épaulé le guitariste aux cheveux rouges. Entre temps, les fans n’ont eu que 20 minutes (ridicules) de concert à se mettre sous la dent à l’Elysée-Montmartre (ARCH ENEMY avait ouvert avec DRAGONFORCE pour l’affiche MACHINE HEAD / TRIVIUM) et il était temps qu’Angela et ses hommes reviennent en tête d’affiche. En première partie de ce concert où la salle est pleine comme un œuf, TEXTURES, groupe hollandais de metal extrême et progressif qui fait pas mal parler de lui ces derniers temps et qui vient de sortir son nouveau opus, Silhouettes. Récit d’une soirée riche en … sueur.



TEXTURES :
Nous pensions arriver à la bourre mais TEXTURES commence juste son set. Nous faisons alors une connaissance sonore et sonique avec ce combo batave bien puissant et technique. C’est lourd, solide et maousse costaud. Un genre de thrash core qui sait se parer de quelques mélodies et même de passages plus atmosphériques et/ou progressifs. On repère alors les principales influences qui se situent du côté de PANTERA et MESHUGGAH pour les structures alambiques et quelques expérimentations. Une bonne énergie se dégage de la scène (« dans la face » comme on dit par chez moi) et les musiciens headbanguent comme un seul homme. Les riffs sont carrés, corsés et parfois un peu hypnotiques. Les rythmiques sont abruptes, souvent alambiquées avec des mesures asymétriques et ça joue bien. Nous sommes à droite de la scène et devant nous, c’est à une véritable chorégraphie que se livre Richard Rietdijk, le claviériste au bandana qui est à fond dans son truc et qui nous fait des mouvements déjantés en levant la jambe dans une riturnelle mécanique qui suit les rythmiques – c’est assez marrant à voir même si ça ne vaut pas le chanteur d’AXXIS (lol). L’attraction au centre de la scène se nomme Eric Kalsbeek : le chanteur aux cheveux ras, « force tranquille » éructe un chant death-core, tout en livrant parfois des passages au chant clair. Le frontman est sûr de lui, pied sur le retour et tenant fermement le micro en prenant des fois des poses à la Phil Anselmo. Il faudrait voir éventuellement ce que ça donne sur album et voir si j’apprécie, mais sur scène, sans être fan absolu de ce style j’ai trouvé ça plutôt persuasif, sans forcément être en condition. En tous cas, les fans étaient là et il y avait déjà des slammers qui se manifestaient. Une bonne entrée en matière pour la suite.



Line-Up :
Eric Kalsbeek (chant)
Jochem Jacobs (guitare, chant)
Bart Hennephof (guitare)
Remko Tielemans (basse)
Stef Broks (batterie)
Richard Rietdijk (claviers)



Site Web :
http://www.texturesband.com

MySpace :
http://www.myspace.com/textures



ARCH ENEMY :
Les fans purs et durs d’ARCH ENEMY sont là emmené par un fan-club francophone toujours très actif. Les musiciens investissent la scène après l’intro pour un « Blood On Your Hands » rageur et une clameur s’élève lorsque la petite Angela arrive. La blonde chanteuse bardée d’un petit débardeur noir où il est écrit Revolution Begins (titre d’ailleurs interprété ce soir et dédicacé à Paris) et se met en marche telle une petite pile électrique dont l’intensité ne faiblira pas dans la soirée (elle finira la soirée toute rouge :)). Quelle énergie décidément pour une des plus incorruptible metal girl du circuit. Le classique « Ravenous » est enchaîné directement sans avoir le temps de reprendre son souffle. Devant moi, Christofer Amott est concentré sur ses parties de guitare finement ciselées avec un look surprenant puisqu’il a les cheveux courts. Il complète toujours à merveille son frangin qui, quelques mètres plus loin est un peu plus démonstratif, n’hésitant pas à solliciter un public qui lui mange dans la main. Le bassiste géant Sharlee D’Angelo n’est pas en reste et gambade à droite à gauche.



Chris Amott, Mike Amott et le batteur Daniel Erlandsson ne se gêneront pas pour nous offrir quelques soli dont ils ont le secret, chacun leur tour et l’un ou l’autre étant plus ou moins dispensables. A ce titre, les 2 frères nous servent l’instrumental « Snowbound » en rappel, morceau d’un Wages Of Sin bien mis à l’honneur ce soir d’ailleurs (5 titres). La set-list fut d’ailleurs assez jouissive, chaque album avec Angela est représenté et la belle se paie le luxe de taper dans le répertoire de l’époque Liva pour « Bury Me An Angel » et l’outro « Fileds Of Desolation ». Un bon concert donc de la horde suédoise sans réel temps mort (à part peut-être le solo de batterie) et qui prouve qu’ARCH ENEMY reste une machine de scène bien huilée. D’ailleurs, ils sont encore à l’affiche de festivals estivaux. Décidément increvables !



Set-list ARCH ENEMY :
01.Intro / Blood On Your Hands (Rise Of The Tyrant, 2007)
02.Ravenous (Wages Of Sin, 2002)
03.Taking Back My Soul (Doomsday Machine, 2005)
04.Dead Eyes See No Future (Anthems Of Rebellion, 2003)
05.My Apocalypse (Doomsday Machine, 2005)
06.Chris Amott Solo
07.Revolution Begins (Rise Of The Tyrant, 2007)
08.Daniel Erlandsson Solo
09.Burning Angel (Wages Of Sin, 2002)
10.Bury Me An Angel (Black Earth, 1996)
11.Dead Bury Their Dead (Wages Of Sin, 2002)
12.Vultures (Rise Of The Tyrant, 2007)
13.Mike Amott Solo
14.Enemy Within (Wages Of Sin, 2002)
15.Nemesis (Doomsday Machine, 2005)
Rappels :
16.Snow Bound (Wages Of Sin, 2002)
17.We Will Rise (Anthems Of Rebellion, 2003)
18.Fields Of Desolation (outro)



Line-Up :
Angela Gossow (chant)
Michael Amott (guitare)
Christopher Amott (guitare)
Sharlee D'Angelo (basse)
Daniel Erlandsson (batterie)



Site Web :
http://archenemy.net

MySpace :
http://www.myspace.com/archenemy