Retour à l'accueil   |   Interviews   |   Live Reports   |   Fest Reports   |   Bios   |   Retour à Nightfall   
Interview
Flowing Tears, le 08/11/2004
Par : Powersylv




Le récent album Razorbliss représente un nouveau départ pour la formation allemande qui compte bien tout faire pour s'imposer dans le milieu très encombré du metal gothique à chanteuse. La-dite chanteuse (nouvelle de surcroît) Helen et le guitariste Benjamin ont donc bien voulu nous donner quelques impressions sur cette tournée avec SAMAEL, l'accueil du public et l'actualité du groupe.


Powersylv (P) : Bonjour à vous 2. Vous êtes actuellement en tournée avec SAMAEL. Ce soit, vous donnez ici votre concert parisien à la Loco. Est-ce votre première venue en France et est-ce votre première date à Paris ?

Benjamin (B) : Non, nous avons déjà joué 3 ou 4 fois ici. La dernière fois, ça devait être voilà 2 ans à l’Elysée-Montmartre, avec MOONSPELL.

P : Razorbliss est sorti en mars dernier. Cette tournée est-elle la tournée promo de l’album où avez-vous tourné auparavant pour promouvoir ce dernier ?

Helen (H) : Oui, c’est toujours la tournée Razorbliss. Nous avons commencé avec une série de dates acoustiques en compagnie de THE GATHERING, uniquement en Allemagne. Puis, nous avons enchaîné en compagnie d’autres hollandais, AFTER FOREVER. Enfin nous avons fait quelques festivals cet été.

P : Helen, tu es la nouvelle chanteuse du groupe. Est-ce ta première expérience scénique et comment te sens-tu sur cette tournée ?

H : Non, ce n’est pas ma première expérience. Je chantais déjà dans un petit groupe de metal gothique avant d’intégrer FLOWING TEARS. Au tout début, avec ce groupe, ce n’était pas évident car les scènes sont plus grandes, le public plus conséquent, donc c’était un peu plus impressionnant. Mais bon, depuis quelques mois nous tournons maintenant et donc j’ai réussi à me rôder. Là, ça va bien.

P : Quand on compare ta voix avec Stephanie, la chanteuse précédente, on se dit que vos registres vocaux sont finalement assez proches. Qu’en penses-tu ?

H : Tout à fait d’accord. Stephanie et moi avons en commun un registre féminin plutôt profond et médium, voire grave. En tout cas plus grave que les autres chanteuses du style. C’est un peu la marque de fabrique du groupe.
B : Il y a tellement de groupes déjà qui ont des chanteuses typées soprano. Nous voulions vraiment garder notre spécificité au niveau du chant, c’était important pour FLOWING TEARS. Pour être à part. Nous avons volontairement cherché un chant proche de celui de notre ancienne chanteuse.

P : Alors, comment se passe cette tournée avec SAMAEL ? Ils sont gentils avec vous (rires) ?

B : Euh … (se retournant pour fixer les musiciens de SAMAEL en train de prendre l’apéro quelques mètres derrière – et là il leur pose la question, rire général dans la loge).
H : Il suffit de les regarder (éclate de rire).
B : L’atmosphère est merdique, c’est clair (rire).
H : Non, plus sérieusement, les gars de SAMAEL sont des gens cools, qui ne se prennent pas la tête. On a de très bons moments avec eux.

P : Ce même soir, il y a WITHIN TEMPTATION qui joue au Bataclan pour un concert assez exceptionnel, retransmis un peu partout en Europe. WITHIN est assez populaire en France. N’êtes-vous pas un peu inquiet de la concurrence que ça pourrait vous poser pour ce soir ?

B : Je pense que les gens qui aiment le bon rock et qui ont envie de s’éclater vont plutôt venir ici (petit sourire) …
H : A mon sens, nous n’évoluons pas tout à fait dans le même style WITHIN TEMPTATION et nous. L’affiche SAMAEL/FLOWING TEARS propose quelquechose de plus heavy … ceci dit sans remettre en cause leur talent. Et puis, même si nous sommes moins connus, SAMAEL part contre à lui aussi des fans fidèles ici.

P : Est-ce que Paris est votre première date française pour cette tournée ?

B : Non, car il y a 3 jours nous avons joué à Amnéville. Nous ne faisons que 2 dates en France. Nous aimons bien votre pays. Tu sais, nous venons d’Allemagne mais nous ne vivons pas très loin de la frontière française. On vient souvent en touriste etc … ET pour venir ici à Paris, il nous a fallu 5 heures de route à tout casser.
H : Hier nous avons discuté avec le promoteur français lors du Female Metal Voices Festival. Il semble que nous aurons plus de dates en France ensuite. J’espère.

P : Que pensez-vous du public français justement ?

H : Enthousiaste est le mot que j’emploierai. Le public metal en France n’est pas aussi grand qu’ailleurs, mais ici les fans qui sont là sont vrais et enthousiastes.
B : En Allemagne, les fans viennent en masse mais surtout pour les groupes plus « joyeux » comme HELLOWEEN, tu vois. Pour notre part, nous avons participé à des festivals déjà, comme le Summer Breeze, le Wacken aussi.

P : Allez vous privilégier les nouveaux titres ce soir, ou plutôt faire moitié/moitié avec de l’ancien matériel ?

B : Il y aura de tout, mais les compos de Razorbliss seront bien évidemment à l’honneur. Les nouveaux titres sont plus dynamiques et passent vraiment bien sur scène. D’un autre côté, il y aura bien sûr des titres plus classiques pour nos anciens fans.

P : Helen, pas de problème pour chanter l’ancien répertoire ?

H : Non, du tout. Les anciens titres de FLOWING TEARS n’étaient pas nouveaux pour moi à la base car avant d’intégrer le groupe, j’étais fan de leur musique et je chantais déjà les parties de Stephanie. C’était assez rigolo car quand je suis arrivée pour les premières auditions, je disais au groupe : « Et si on jouait celle-là ? Ou celle-là ? ». Et eux me répondaient : « Ouh là, on le joue plus trop ceux-là, on doit se les remettre en tête » (rire).
B : Oui, ça nous a facilité la tâche d’avoir Helen. Elle connaissait déjà les chansons effectivement, et tout s’est donc fait très naturellement entre les 2 parties.

P : Quels pays avez-vous visité sur la tournée ?

B : … 11/12 pays environ. Nous avons donné des concerts en Europe de l’Est :Hongrie, Pologne, République Tchèque … Allemagne évidemment. La tournée se termine fin novembre, après nous allons commencer la phase d’écriture du nouvel album.

P : En tant que musiciens et artistes, préférez-vous la scène ou le travail studio ?

H : La scène, carrément. J’aime pour ma part le contact avec les gens, rencontrer les fans et partager notre musique avec d’autres.
B : Le travail studio est un passage obligé mais être avec des gens qui aiment ta musique et qui la ressentent, c’est le meilleur moment pour un musicien.

P : Ici à la Loco, il n’y a pas de séparation entre la scène et le public. Il y a du stage-diving, des slammers …

B : Je ne sais pas si notre musique se prête à ça, mais c’est cool, j’aime bien du moment que c’est bon esprit.

P : Oh tu sais, ici ça slamme même sur THERION, donc (rire). Revenons un peu sur l’album Razorbliss. 8 mois après sa sortie, avec le recul, qu’en pensez-vous ?

B : Si tu m’avais demandé cela il y a 8 mois, je t’aurais répondu que j’en étais très content. Maintenant, si nous re-enregistrions l’album aujourd’hui, il sonnerait un peu différemment. Un album est une photo instantanée, à un moment précis de la carrière d’un groupe. Mais oui, j’aime ce disque, j’aime aussi notre premier album qui était très très différent de ce que nous faisons aujourd’hui. Nous sommes satisfait aussi des réactions sur le changement de chanteuse, c’est toujours un cap assez difficile pour un groupe. Mais les fans ont réagi positivement.

P : Vous avez fait 5 albums au total. Quel est selon vous celui qui a été le virage, celui qui reste le classique du groupe et qui vous a apporté une certaine reconnaissance ?

B : Je pense que Joy Parade est un disque très important dans notre carrière. C’était le premier avec des vocaux féminins, alors qu’avant nous faisions du death/doom. Razorbliss aussi est un album crucial à cause du changement de chanteuse : quand Stephanie est partie, nous étions vraiment dans le doute en nous demandant si nous allions pouvoir continuer et trouver une chanteuse avec le même style.

P : Avez-vous une chanson emblématique que vous interprétez systématiquement ?

B : « Sistersun » (album Jade) revient assez systématiquement. Mais on la joue tellement qu’on commence à en avoir marre :).
H : En plus, c’est un genre de ballade et nos fans plutôt « death » n’aiment pas des masses.
B : On fait de toute manière des petites variations de set-list d’une date à l’autre.

P : Sur ce, bon courage pour le concert de ce soir et la presque fin de la tournée !

B + H : Merci à toi. Nous allons faire de notre mieux ce soir.