Retour à l'accueil   |   Interviews   |   Live Reports   |   Fest Reports   |   Bios   |   Retour à Nightfall   
Interview
Phest, le 01/05/2004
Par : Mox




INTERVIEW PHEST : Dums et Sylveriel

Pour commencer, comment s’est crée Phest ? Quel chemin avez-vous parcouru depuis sa création ?


Sylveriel : Tout d’abord est né Pleasure Of Mordor, un groupe dans lequel nous étions trois (Adulcir, Adams et Sylveriel).Ce groupe était en fait plus axé violent et rapide. Au fil du temps et des changements de Line-up, notre vision des choses a beaucoup évolué, favorisant la mélodie et les ambiances... Le nom ne collant plus avec le concept du groupe, nous avons décidé de changer de nom, optant pour Phest. En ce qui concerne le chemin, on n’en est qu’au tout début!!

Toujours en autoprod a ce jour, vous comptez signer prochainement avec un label non ? Des noms peut-être ?

deb_repSylveriel : Effectivement nous avons eu des contacts avec le label Melancholia Records... Il y aurait apparemment des chances que notre prochain Cd (si convenable bien sûr) sorte sur ce label.. Nous ne voudrions pas nous avancer de trop par peur de dire des bêtises !

Dums : Un deal avec Melancholia n’est bien sur possible qu’avec un enregistrement de bonne qualité, ce qui nous a fait plus ou moins défaut jusqu’ici... Mais au point de vue de l’ambiance de nos compos, Phest semble tout a fait coller à Melancholia!

Le mot Mélancolie devient un Leitmotiv dans votre musique, comment naît elle chez vous ?

deb_repSylveriel : Disons que pour ma part, ma musique est le reflet de mes états d’âmes du moment. En général, quand je compose un morceau, c’est que le moral n’est pas au top... Je compose souvent quand je regarde le ciel et ses nuages blancs; Pendant mes rêveries en clair.

Dums : Je ne suis pas spécialement mélancolique, mais c’est une émotion que j’aime bien ressentir... C’est quelque chose que j’ai du mal à expliquer... Je pense qu’il n’y a pas trente six façons de toucher les gens avec la musique : il faut soit les amuser, soit leur mettre la rage, soit les faire pleurer. Pour moi, la mélancolie est une combinaison de haine et de tristesse. Cette combinaison nous permet d’alterner entre les ambiances « épurées », qui permettent à ceux qui nous écoutent une sorte d’introspection leur permettant de faire ressurgir des souvenirs, et les ambiances plus dures pour évacuer leur haine...

Sylveriel : Ce n’est pas de cette manière que je perçoit la mélancolie...Je trouve ça vachement intéressant quand même ces différences...

Qu’est-ce qui vous pousse à coucher sur le papier et à transmettre par voie musicale vos sentiments ?

deb_repDums : J’aime toucher les gens. Je veux leur transmettre des émotions, je veux leur faire partager notre univers, je pense que nous avons quelque chose à donner, et ce sont les seules choses qui me font avancer. J’aurai du mal à jouer un morceau qui ne me touche pas.

Sylveriel : Idem.

« Harmonia » montre plus son appartenance au Rock mélancolique que « l’Immobile ». Est-ce la voie que prendra le groupe ? Moins de guitares saturées, plus d’atmosphères folkloriques ?

deb_repSylveriel : Je ne suis pas vraiment d’accord avec le terme folklorique. Il y a forcément des passages dans nos morceaux plus gais que d’autres mais dire que les atmosphères actuelles sont plus folkloriques n’est pas vraiment juste. Effectivement, il se trouve que ces derniers temps, ma discothèque est beaucoup plus axée Rock qu’avant, ce qui justifie sûrement l’influence plus Rock d’Harmonia. En ce qui me concerne, les guitares saturées auront toujours leur place, bien que l’envie d’un Cd acoustique me trotte dans la tête... Les morceaux que je compose actuellement jouent plus sur l’augmentation de l’intensité que sur un contraste son clair / son saturé.

Dums : Il est clair que « Harmonia » marque plus notre penchant mélancolique, mais c’est surtout dû au fait que « l’Immobile » contenait encore quelques morceaux composés à l’époque de « Pleasure of Mordor ». Il est aujourd’hui impensable pour nous de jouer « Actu », ou « Caste » !!! Je ne peux pas dire quelle voie prendra Phest, mais je pense comme Sylveriel qu’on se dirigera non plus sur une alternance de passages calmes et de gros riffs, mais plutôt vers des montées et des « dépressions »... Cela représente pour moi une sorte de maîtrise à acquérir quand aux nouvelles structures des morceaux.

En éliminant le chant, ne risquez-vous pas de rendre votre musique plus difficile d’accès ?

deb_repSylveriel :Si bien sur, mais je cela ne me dérange pas une seconde !!! Je joue de la musique avant toute chose pour mon propre plaisir et pour accompagner ma vie. La question de plaire aux gens est totalement secondaire. Jamais je ne composerai quoi que ce soit dans l’optique de plaire aux gens. J’estime que la musique doit venir des entrailles et non d’un soucis de gloire et de fortune. J’applique cet état d’esprit pour beaucoup de choses... Je reste fidèle a mes convictions et mes attentes musicales, si cela plait tant mieux, si cela ne plait pas tant pis. Nous mettons du chant quand le désir d’en mettre est présent. Certaines compos se suffisent a elle-même, rajouter des textes peut parfois alourdir la musique, qui perd en efficacité du coup...

Dums : C’est possible, mais ça ne me touche pas vraiment. Du moment que les gens font l’effort de l’écoute et qu’ils se forgent une opinion par eux-mêmes, je respecte leur choix d’aimer ou de ne pas aimer Phest.

Pianos et violons sont aussi devenus moins utilisés. Toujours pour la même raison ?

deb_repDums : Je ne pense pas que ces instruments aient été moins utilisés. Il suffit d’écouter la nouvelle version de « Mais si... » pour s’en convaincre ! Mais c’est sûr qu’on ne va pas s’amuser à mettre du violon et du piano sur tous les morceaux, ça serait un peu lourd...

Certains morceaux de « l’Immobile » se retrouvent dans « Harmonia » mais plus travaillés et plus agréables à écouter. Vos morceaux sont-ils en constante évolution ou vous satisfaisez-vous d’une seule et même version ?

deb_repSylveriel : Effectivement, deux morceaux sur « Harmonia » ont été repris de « l’Immobile ». Il manquait la petite étincelle qui est apparue dans les nouvelles versions. Notre expérience en tant que groupe n’étant pas encore suffisante, nous n’avons pas encore l’efficacité pour créer des morceaux parfaits d’un seul coup. Il nous faut du temps et de la maturité pour finir correctement un morceau.

Dums : On est encore un jeune groupe ! Chacun progresse sur son instrument et on trouve quelque fois des idées pour arranger d’anciennes compos. De plus, les cd autoproduits jusqu’à présent ont une distribution très limitée. Si on peut proposer une version meilleure d’un morceau, on le fait sans hésiter. C’est quelque chose qui me semble normal à notre niveau.

On a parfois l’impression de vivre un voyage dans un drôle de monde, à la fois enfantin et triste. Pourquoi un tel paradoxe ?

deb_repSylveriel : Wow...l’analyse de notre musique est tout a fait réussie !!!Je serai tenté de ne pas répondre a cette question ; pour pousser les gens à aller plus loin que la simple écoute d’une part mais aussi pour ne pas trop me dévoiler...Je vais y répondre car cette interview peut ouvrir certaines barrières qui ne se seraient peut être jamais ouvertes... Ce que je m’efforce de mettre en musique c’est tout simplement mon interprétation du monde, ma façon de le voir et de le vivre. Il m’arrive de m’évader totalement dans certains lieux, de ressentir des choses très complexes dans le ventre, choses que j’assimile aux fées. Ma « quête » est justement de traduire toutes ces choses en musiques et de les transmettre au public. Tout cela me semble vraiment très important. C’est certainement de ce monde dont tu parles....

Dums : J’aime bien cette idée de voyage. C’est tout à fait ce que j’aimerais que l’on ressente lorsqu’on nous écoute. Un voyage dans notre univers, c’est les contes que l’on nous a murmuré au creux de l’oreille avant de s’endormir, c’est les histoires racontées autour d’un feu de camp, ce sont des créatures fabuleuses et mystérieuses, éclatantes dans la lumière du soleil ou bien inquiétantes tapies dans l’ombre. Un voyage dans l’univers de Phest, c’est un rêve qui réveille les souvenirs de notre enfance, les souvenirs d’une innocence perdue, ce qui peut engendrer une certaine nostalgie... L’idée de paradoxe n’est donc pas justifiée pour moi.

Sylveriel : Tout a fait !!! C’est cette innocence perdue, cette recherche de la sensibilité enfantine.... Faut croire que nous avons en partie réussi notre défi...Mais la quête ne s’arrête pas là !

Comment se déroule la construction d’un morceau entre vous ?

deb_repDums : On ne se voit pas souvent avec Sylveriel étant donné qu’il fait ses études sur Lyon. Lorsqu’on se voit, on sort les guitares acoustiques et on se montre ses nouveaux riffs trouvés... et à partir de là ça peut aller très vite comme ça peut ne rien donner. On complète les idées de l’autre, on trouve une suite, une variante, une mélodie à jouer avec... C’est jouissif !!!

Comment vous vient une chanson ? Vos sources d’inspiration primordiales ?

deb_repSylveriel : Hé hé...En ce qui me concerne, bien souvent tout vient de mes états d’âmes, de toutes les choses qui s’imprègnent en moi. Ces derniers temps je compose une chanson d’un seul trait, sans m’arrêter, sans avoir a me dire « Tiens, tu devrais faire plutôt ça »... Tout me vient d’un trait. Je reste intimement persuadé que chaque chanson est un message qui a plus ou moins attrait au divin... Phest de toute manière n’exprime pas quoi que ce soit d’humain. Ce projet évoque des sensations, des parfums, des ambiances forestières ou le sol est jonché de mousse et où tout un monde invisible se pâme a l’abris des regards humains... Les choses qui m’inspirent : Les enfants et leur naïveté, la nature, les nuages, la délicatesse féminine.

Dums : Je n’arrive pas à composer « à l’envie ». Je prends ma gratte et je cherche... Et des fois, sa donne quelque chose... Pour les paroles, tout dépend de la musique. C’est selon ce qu’elle m’inspire...

Sylveriel, tu es a l’origine de l’artwork des Cds, tu suis des études d’art il me semble...

deb_repSylveriel : Oui effectivement, je suis actuellement (et si la chance me sourit pour encore 3 ans) à l’école Emile Cohl de Lyon...C’est une école dans laquelle on apprend la quasi-totalité des mediums artistiques (crayon, fusain, pastel, sculpture, peinture etc....), nous abordons des notions d ’histoire de l’art. J’y suis notamment pour apprendre le Dessin Animé, l’Illustration (pour enfants) et la Bande Dessinée. C’est donc moi qui m’occupe du visuel de Phest (site Internet, pochettes, flyers etc....) mais je réalise également les mêmes choses pour d’autres groupes...Etant donné que ma vision de Phest est très très claire, je ne laisserai personne, même le graphiste le plus reconnu au monde toucher à notre visuel ; tout simplement par soucis d’unité et de cohérence entre la musique et l’image.

. A quel art voire quel représentant de cet art, pourrais-tu apparenter la musique de Phest ?

deb_repSylveriel : Question ultra intéressante !!! Je crois ne jamais avoir lu de question aussi pertinente même dans Hard Rock ou Metallian !!!! J’aime bien assimiler Phest à Arthur Rackham, à certaines photos de Julia Margarett Cameron, aux peintres préraphaélites tels que J.W.Waterhouse ou Sir J.E.Millais, ou encore Alphons Mucha...Y’en a beaucoup d’autres mais beaucoup de personnes ne connaîtraient pas...

Quel est le proche avenir pour Phest ?

deb_repSylveriel : Bosser bosser bosser, tourner le plus possible et répandre sur le monde la féerie !!! Sensibiliser certaines personnes à d’autres choses que les plaisirs éphémères de l’argent, de la drogue ... toutes ces choses qui pourrissent de l’intérieur des personnes qui ont un fond superbe mais qui gâchent tout avec ces bêtises...

. Vous passez en concert prochainement ? il y aura le Festival « Sons en Bulle » début Juillet, qui y sera également ?

deb_repAh !!!La date du festival a changé...elle a basculée début Septembre, avant la rentrée des classes...Cette année l’étendard orne le Rock justement, avec des groupes comme FOR THE CHOSEN FEW de Lyon, CALL ME LORETTA de Toulouse, FAKE ODDITY de Lyon, AMES SOEUR (un de mes projets parallèle) et PHEST d’ Avignon. Concernant les concerts, nos études nous prennent un temps fou, du coup nous n’avons pas vraiment le temps...Tout ira mieux d’ici quelques temps !!

Merci d’avoir répondu a ces questions, je vous laisse carte blanche pour le mot de la fin :

deb_repSylveriel : Tout d’abord merci pour toi Mox !!! J’espère vivement que cette interview aura permise à des gens de nous découvrir, de se forger un avis sur nous... Espérons simplement qu’il aura eu un impact sur les gens. Merci beaucoup à tout ceux qui ont lu cette interview et à ceux qui croient en nous...

Dums : Merci Mox pour ton interview et pour tes chroniques sur nightfall.cc, et merci à toi qui a lu cette interview jusqu’au bout... en espérant que cela t’a donné envie de connaître Phest.

Nous vous invitons à aller faire un tour sur notre site Internet...N’hésitez pas à nous laisser des messages dans le livre d’or, à nous donner vos impression, c’est pour nous très très important... Merci encore.

Allez visiter leur site : www.phest.fr.st.